Internet, centre-villes et financement des collectivités territoriales : les annonces du gouvernement à Cahors

Le Premier ministre Edouard Philippe a délocalisé son cabinet à Cahors pour deux jours. La ville de 20 000 habitants accueille les 14 et 15 décembre, les membres du gouvernement pour la deuxième Conférence nationale des territoires.

Trois grands chantiers sont à l’ordre du jour : le plan du gouvernement pour fournir du Internet très haut débit, partout sur le territoire, d’ici 2022, la revitalisation des centres-villes et les économies.

  • Internet très haut débit partout d’ici 2022

Le premier chantier évoqué est celui de l’accès au très haut débit partout en France, que le Président Emmanuel Macron avait annoncé en juillet. Le Premier ministre doit expliquer comment tous les foyers pourront profiter du «haut débit» d’ici à 2020 puis du «très haut débit» d’ici 2022. Cet enjeu concerne notamment les 14 millions de foyers situés en zone rurale ou peu dense. Edouard Philippe a reconnu dans son allocution non sans humour que «dans certains endroits, en général à la campagne mais pas seulement, mieux vaut se tenir près de la bonne fenêtre ou sur la bonne terrasse pour avoir la chance de voir apparaître une petite barre sur l’écran de son smartphone».  Il a promis «généraliser la 4G dans les 10 000 communes qui ne l’ont pas».

  • Revitaliser les centre-villes dans les villes moyennes

Lancé par le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, le plan de revitalisation des centres-villes doit également être dévoilé à Cahors. Son objectif principal : contrer la disparition des commerces et la dégradation immobilière dans les villes moyennes de 20 000 à 100 000 habitants.

  • Où en est le pacte financier proposé par l’Etat?

Depuis plusieurs mois, les collectivités territoriales contestent le pacte financier proposé par l’Etat. Ce qui fait le plus débat : la contractualisation que le gouvernement veut instaurer pour la maîtrise des dépenses et «la règle d’or» pour le désendettement des communes. Les collectivités territoriales craignent notamment que ces mesures brident l’investissement. Dans ce contexte de tension entre l’exécutif et les collectivités territoriales, le Premier ministre a assuré, dès son arrivée à Cahors, qu’il n’y avait pas de «relation de défiance» entre le gouvernement et les élus.

Claudia Bertram

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*