Comment tirer parti du contrôle technique quand on a une vieille voiture

Le statut de voiture de collection permet de bénéficier de normes plus avantageuses.

À partir du 20 mai prochain, les contrôles techniques vont se durcir. Pour les véhicules de plus de 30 ans, une parade existe afin d’adoucir les exigences de ces nouveaux tests. Comment ? En échangeant la carte grise de son vieux tacot contre un certificat spécifique, délivré aux voitures dites de “collection”.

Imaginez un modèle quadragénaire de Citroën 2 CV, produit dans à la fin des années 1970, qui roulerait encore aujourd’hui. Deux types de carte grise peuvent lui être attribuées. La première, imprimée par défaut à la préfecture, correspond à celle que Monsieur Tout-Le-Monde demanderait pour n’importe quel véhicule d’occasion. Un tel document implique les mêmes devoirs d’entretien que pour pour un véhicule neuf. Mais pour les propriétaires de voitures anciennes, parfois difficiles à maintenir en état, un autre choix est possible. Il consiste à faire glisser le statut de sa voiture d’occasion en une voiture dite de “collection”.

Pour se faire, il suffit de faire valoir la “valeur historique” d’un véhicule. Cette démarche est possible à partir du moment où le véhicule aurait été “construit ou immatriculé pour la première fois” il y a au moins trente ans. Autrement dit, en faisant reconnaître votre vieille voiture comme un véritable objet de patrimoine à moteur“Ce type de document permet aux très vieux véhicules de continuer à rouler avec des normes d’époque, au moment où ces voitures ont été produits”, explique à PAD, Fabrice Reithofer, délégué de la Fédération Française des Véhicules d’Époque (FFVE) dans la région Grand Est. Ainsi, ces types de véhicules ne sont plus obligés de respecter les mêmes règles de sécurité que leurs jumeaux à certification “classique”“A l’époque, les normes étaient totalement différentes. Dans les années 60 ou 70, par exemple, les véhicules n’avaient pas forcément les mêmes contraintes en termes de pollution ou de freinage”, souligne Gaetan La Spina, président du Club des Anciennes Renault de Douai. “Beaucoup de règles qui vont être ajoutées lors des nouveaux contrôles techniques mis en place à partir de mai prochain risquent d’être inapplicables pour les véhicules anciens”.

Une parade pour rouler avec moins de contraintes

L’intérêt de faire passer sa 4L pour un “modèle de collection” ? Grâce à cette astuce, ce véhicule ancien, comme tous les autres véhicules classées comme des collections, bénéficiera d’un régime de faveur lors des contrôles techniques. Il se soumettra en effet à des normes en adéquation avec l’année de sa mise sur le marché, et non aux normes contemporaines. Des règlementations d’époque qui s’avèrent la plupart du temps plus souples. “Il y a deux types de comportements auxquels on peut s’attendre de la part des propriétaires : soit ils se dépêcheront de passer au contrôle technique juste avant que celui-ci ne se durcisse ; soit ils chercheront à bénéficier du statut de véhicule d’occasion pour alléger leurs contraintes”, analyse Christophe Lafort, président de l’Artois 2 CV club automobile. Lui-même songe à passer l’un de ses propres véhicules sous ce statut de véhicule de collection.

Autre avantage : un contrôle technique ne devient obligatoire qu’une fois tous les cinq ans, contre deux ans pour leurs homologues ne bénéficiant pas de ce certificat. “Dans mon club, beaucoup d’adhérents réfléchissent en ce moment à faire passer leur carte grise classique à une carte grise de collection”, insiste Christophe Lafort. Il faut dire que nombre d’entre eux s’attendent à devoir investir plus d’argent pour maintenir leur véhicule en état de fonctionnement.

Un coût plutôt avantageux

D’après Fabrice Reithofer de la FFVE, non seulement changer de carte grise serait rentable, mais permettrait même d’économiser de l’argent. “Une assurance pour un véhicule enregistrée comme une collection peut coûter entre 45 ou 50 euros à l’année. Mais si l’on compare avec un véhicule du même âge non enregistré, ces assurances peuvent atteindre entre 300 et 400 euros” affirme-t-il. Soit près de 300 euros d’économie à espérer.

Le calcul doit aussi prendre en compte d’autres paramètres. “Pour passer sa carte grise en collection, Il faut débourser 50 euros en frais de dossier à monter” explique Christophe Lefort, le président de l’Artois 2 CV club. ” En sachant que pour monter ce dossier, il faut être capable de fournir un dossier d’habilitation pour prouver l’âge et le modèle du véhicule.” La FFVE en délivre, pour une somme avoisinant la centaine d’euro. Attention cependant aux contraintes spécifiques demandées par certaines assurances. Par exemple, toutes n’autorisent pas le transport de passagers dans des véhicules possédant ce statut spécifique. Pour bénéficier du statut de voiture de collection, il est également souvent exigé par les assureurs d’avoir un autre véhicule assuré en certification classique.

Jadis, la liberté de mouvement des véhicules de collection étaient beaucoup plus restreintes. Ils ne pouvaient rouler que dans les départements limitrophes à leur lieu d’immatriculation jusqu’en 2009.  Aujourd’hui, ces contraintes ont été levés. Permettant même à ces véhicules de jouir aujourd’hui d’une plus grande liberté de mouvement que leurs jumelles non homologuées. “Avec la certification véhicule de collection, nous avons le droit de circuler à Paris comme bon nous semble”, glisse Gaetan La Spina. « Ce n’est plus possible aujourd’hui de le faire avec les autres véhicules anciens. Cela vient du fait qu’ils sont chassés des villes car considérés comme trop polluants ». Le plaisir de conduire un véritable morceau d’histoire à moteur le long des Champs Elysée, c’est vraiment quelque chose auquel on ne peut pas mettre de prix.

Antoine Laurent

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*