Non, l’interdiction des saltos aux épreuves de patinage artistique des JO ne visait pas Surya Bonaly

Ce tweet portant sur le backflip de Surya Bonaly a été partagé plus de 200 000 fois.

Un tweet posté vendredi et retweeté 239 000 fois laisse entendre que le backflip en patinage artistique – ou salto arrière – a été interdit en compétition spécialement pour nuire à la patineuse française Surya Bonaly qui en avait fait une spécialité. C’est faux.

Maintenant que les Jeux olympiques d’hiver commencent… n’oubliez jamais Surya Bonaly, une patineuse artistique française qui a fait un salto arrière avec réception sur un seul patin. Elle était tellement douée pour ça que la figure a été interdite. C’est la seule patineuse olympique de l’histoire à avoir réussi cette prouesse.” Ce tweet posté vendredi par une jeune femme américaine – accompagné de la vidéo d’un salto arrière qu’elle a réalisé, on y reviendra, aux Jeux Olympiques de Nagano en 1998 – a été énormément partagé au cours du week-end. Ce lundi midi, il compte 239 000 retweets, 715 000 likes, et 8,69 millions de vues pour la vidéo.

 


Problème: l’interdiction du salto en compétition de patinage a été décidée bien avant que l’iconique patineuse ne pose son premier patin sur la glace. 

En 1976, Surya Bonaly n’a que 2 ans quand le patineur américain Terry Kubicka est le premier à réaliser un salto arrière en compétition lors des Jeux Olympiques d’Innsbruck. L’athlète sera aussi le dernier à pouvoir exécuter cette figure en compétition. Car dans la foulée le Comité international olympique interdit la figure, la jugeant trop dangereuse. Si la patineuse française apprend à faire des saltos des années plus tard, c’est d’abord pour exécuter cette figure lors de spectacle sur glace. Le salto arrière deviendra même sa signature. “Je me suis dit que ce serait bien d’en faire pour les exhibitions mais je ne m’imaginais pas le faire un jour en compétition“, expliquait-elle en 2015 dans un court métrage documentaire intitulé Rebel on Ice et diffusé sur ESPN.

Mais alors d’où vient cette rumeur sur Surya Bonaly et l’interdiction des saltos ? Peut-être d’un épisode qui s’est déroulé lors des Jeux olympiques d’Albertville en 1992. Avant le programme libre, lors de l’entraînement, la patineuse française exécute plusieurs saltos arrières et lors de l’un d’eux se réceptionne juste à côté d’une des favorites de la compétition, la Japonaise Midori Ito. Cela lui vaut un avertissement de la part d’un arbitre qui y voit une tentative d’intimider les concurrentes. Il lui demande de ne plus réaliser de salto à l’entraînement puisque de toute façon, ils sont interdits en compétition.

Par ailleurs à Nagano en 1998, lorsque Surya Bonaly réalise le fameux salto arrière avec réception sur un seul patin – sa spécialité – elle n’est pas surprise d’être pénalisée. “Je revenais d’une grosse opération et je voulais faire une dernière fois les JO avant d’arrêter ma carrière“, raconte-t-elle toujours dans le mini documentaire diffusé sur ESPN. “Je savais après trois minutes du programme libre que j’avais déjà tout donné et que je ne pourrais pas faire plus“, se souvient-elle. “Il était prévu que je fasse un triple lootz mais je me suis retournée et j’ai fait un salto arrière.

Clément Varanges

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*