Lingerie, épilation, minceur… Florilège des pubs sexistes pour la Saint-Valentin

2018 ne fait pas exception. Comme tous les ans, pour la Saint-Valentin, fleuristes, chocolatiers et magasins de lingerie multiplient les opérations marketing, bien décidés à tirer leur profit commercial de la fête des amoureux. Des publicités pas toujours de très bon goût, et qui versent parfois dans le sexisme.

Surprise, cette année n’échappe pas à la règle : les offres de Saint-Valentin sont teintées de sexisme. On peut citer l’institut Dépil Tech, dont l’offre “épilation définitive” spéciale Saint-Valentin semble sous-tendre que beauté féminine implique obligatoirement une absence totale de poils.

Ou encore l’offre de réduction Point Soleil sur des packs minceur. Selon cette internaute, cela revient à enjoindre les clientes à perdre du poids pour rester désirables, et ainsi faire plaisir à leur partenaire pour la Saint-Valentin. Ces opérations publicitaires sont donc souvent synonymes d’objectification du corps des femmes, afin d’être conformes à des canons de beauté.

Des idées cadeaux cliché

Certaines enseignes ont trouvé bon de proposer des sous-vêtements rouges, accompagné d’un mannequin grandeur nature. On en finirait presque par se sentir triste pour les hommes. Presque personne ne leur propose de se faire beau pour leur partenaire.

Heureusement pour eux, Uaredesign est là. Les cadeaux pour homme existent bien et dans une catégorie bien précise. “Pour lui” est représenté par des produits high-tech, tandis que, dans “Pour elle”, on retrouve l’imaginaire de la ménagère. Déco, rangement, cuisine : ce n’est pas le choix qui manque (ni les stéréotypes).

Il y a deux ans, le club de foot RKC Waalwijk et la biscuiterie bruxelloise Dandoy s’étaient particulièrement distingués. Les premiers avaient jugé bon de remplacer leurs enfants mascottes par des mannequins lingerie, qui avaient défilé sur le terrain en sous-vêtements. La biscuiterie, quant à elle, avait créé la polémique en affichant en vitrine la photo d’une femme en collant rouge, dans une position suggestive, le visage et le haut du corps cachés par un biscuit.

Mais il n’y a pas que le 14 février que des entreprises se font épingler pour le sexisme dans leurs publicités. La Journée internationale des droits des femmes, célébrée chaque 8 mars, est également prétexte à des opérations marketing déplacées. L’association Osez le féminisme avait même compilé en 2017 dans un album Facebook une quarantaine de publicités jugées sexistes. Le site Buzzfeed avait publié une liste de de publicités et opérations promotionnelles de très bon goût en cette journée de droits des femmes.

Inès El Kaladi et Pauline Vallée

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*